ARSKAN : Technologie de pointe, recherche scientifique avancée… Quelle place pour la science dans les start-up françaises de la Deeptech ?

La France, « terre d’innovation, grâce à la recherche de pointe et les fonds deeptech »

« Innover, bouleverser le monde de demain, créer des ruptures technologiques en s’appuyant sur les dernières avancées scientifiques. »
Frédérique Vidal – ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. En quelques mots, il définit le processus de création de la visualisation de données 3D.

https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Dossiers/Generation-Deeptech-le-futur-de-l-innovation/Generation-Deeptech-5-ans-pour-faire-de-la-France-une-Deeptech-Nation-45851

La présence au board d’ARSKAN de profils scientifiques (chercheurs du CNRS) appuie cet article de la BPI. Nous sommes convaincus que cette collaboration entre matière grise et perception fine du marché est un atout majeur pour les start-up.

La science, moteur d’innovation

Nos technologies Deeptech sont issues de la recherche scientifique et de travaux de recherche fondamentale menés au CNRS. Nos technologies de pointes portent sur des méthodes de compression et décompression progressive de donnée 3D massives aux performances inégalées et sans perte.

Ces technologies révolutionnent la visualisation de données 3D : on visualisera des modèles 3D gigantesques sur son téléphone, on les partagera via un simple lien, on collaborera en temps réel sur ces objets de grande taille, sans aucune contrainte de bande passante, de serveurs externes et de stockage de données.

Visualisation de données 3D : pourquoi compresser ?

Jean-Gabriel Grivé, CEO fondateur, est parti d’un constat simple : la 3D est complexe. C’est un métier d’expert fermé à forte contrainte. Elle est cependant aujourd’hui omniprésente dans tous les secteurs.

« Le contenu 3D est en pleine expansion grâce aux scanners industriels 3D, aux drones, à la photogrammétrie, aux imprimantes 3D, et aux nombreux logiciels de création 3D, dont l’utilisation s’est démocratisée.

Nos objets du quotidien, notre voiture, notre téléphone, le petit électroménager, peut-être même l’immeuble dans lequel vous vivez ou l’avion que vous prenez pour voyager, ont été créés en 3D avant d’être fabriqués. Demain la plupart de ses objets, conserveront un double numérique afin de gérer leur cycle de vie entier.

J’ai créé cette jeune entreprise innovante pour démocratiser la 3D dans un marché en plein expansion boosté par une forte demande de contenu en imagerie 3D de haute définition et de grande qualité.

Le challenge a été d’apporter une réponse hautement technologique à des problématiques fortes dues à plusieurs facteurs. Le niveau d’exigence de la 3D est élevé. Les données sont de plus en plus massives. Les infrastructures réseaux sont sous dimensionnés. Malgré cela, la demande de mobilité chez les professionnelles mais aussi les particuliers est bondissante « 

J.G. Grivé, fondateur d’ARSKAN

https://arskan.com/

Pourtant, il n’existe pas encore de moyen simple de visualiser ou de manipuler un fichier 3D interactif sur le web.


Quel futur pour la visualisation de données 3D ? Prédictions pour 2020

S’il y a encore quelques années en arrière, imaginer visualiser des objets 3D sur son smartphone relevait du fantasme. Aujourd’hui, la visualisation de données 3D est devenu une réalité avec ARSKAN.

Une problématique… de taille

Les modèles 3D de grande taille requièrent des besoins importants en terme de stockage ou de bande passante.

De plus, les techniques d’affichage 3D soulèvent de nombreuses questions quant à l’efficacité de la transmission en terme de fluidité, de réactivité, de qualité et de précision des modèles.

 » Les technologies et les normes actuelles utilisées pour traiter les données 3D sur le web sont dépassées et inadaptées à certains supports, notamment les terminaux mobiles tels les téléphones et les tablettes.

Malgré la taille des disques durs, la performance des microprocesseurs et la taille des infrastructures réseaux qui ne cessent d’augmenter, les quantités et la complexité des données 3D rendent impossibles leur visualisation et exploitation sur le web à partir d’un simple ordinateur et encore moins en mobilité sur des terminaux mobiles. « 

Il est maintenant impératif, voire vital de proposer une vraie réponse de rupture à ces constats grâce à de la haute technologie Deeptech, telles celles développées et proposées par ARSKAN.


J.G. Grivé, Fondateur d’ARSKAN

https://arskan.com/

Notre promesse

La compression est indispensable pour stocker, manipuler, ou transmettre facilement ces données numériques volumineuses.

ARSKAN propose une technologie de compression et de transfert progressif des données 3D massives. Cela permet d’accéder à l’objet en temps réel, sans perte de précision ou de détails, sur tout support, sans contrainte de bande passante. Désormais, vous pouvez visualiser votre objet 3D depuis un simple smartphone.

En facilitant la visualisation d’énormes ensembles de données, vous êtes plus performant, plus rapide.


Voir plus loin

Imaginez un bâtiment, une installation industrielle, une scène, une machine outils, une centrale ou un réacteur nucléaire pouvant être visualisé pièce par pièce dans un modèle 3D (Jumeau Numérique). Modèle 3D devenant une véritable salle de travail virtuelle où les équipes peuvent se réunir, visualiser, travailler ensemble et collecter, dispatcher et analyser des données en flux direct vers tout type de base de données et cela en temps réel…

Et si c’était maintenant tout simplement possible  ?

C’est la promesse d’ARSKAN

Une promesse scientifique et technologique.