4 raisons pour lesquelles votre start-up a besoin d’un brevet

Brevet : la voie du succès ?

Les start-up qui se constituent un portefeuille de brevets ont plus de chances de réussir (étude France Brevet, fond d’investissement dédié au licensing international de brevets). 

Premièrement, le brevet est un avantage décisif pour les start-up des secteurs des biotechnologies et des logiciels. Leurs chances de succès sont ainsi multipliées par trois. L’extension de ces brevets aux pays européens, aux États-Unis et au Japon est également un facteur supplémentaire de succès.

Brevet : le capital-risque

Le capital-risque permet aussi de contribuer au financement des entreprises. Par exemple, 67% des entreprises en démarrage financées par du capital-risque déclarent que le brevet était essentiel à la sécurisation des investissements.

Par ailleurs, le capital-risque joue un rôle particulier dans le processus d’innovation. Il donne plus d’innovations radicales. Il permet aussi d’accélérer le passage du nouveau produit vers son marché.

Brevet : atout commercial et avantage concurrentiel

L’intérêt premier du brevet est l’avantage concurrentiel : il confère un monopole d’exploitation. Un investisseur a besoin de garanties avant de s’engager. Une entreprise qui dispose d’un monopole d’exploitation va le rassurer.

En déposant une demande de brevet, l’entreprise dispose du droit d’interdire à toute autre société l’utilisation de son invention. Sans oublier la fabrication, la mise en vente ou encore l’importation de ladite invention sur le territoire du brevet.

La licence

Le brevet peut générer des revenus via l’octroi d’une licence. On concède son exploitation, moyennant une rémunération.

Il peut être utilisé comme un outil de négociation. Il offre ainsi l’opportunité de licences croisées.

Le brevet dans l’actualité

Septembre 2019 : Google cherche à breveter la méthode ANS (compression vidéo).

Ce que Google veut breveter, c’est l’utilisation de la méthode ANS pour la compression vidéo. La question est donc de savoir si le travail supplémentaire de Google est assez significatif pour qu’on puisse le considérer comme une invention.

De l’avis de Google, oui. Google rejette l’idée selon laquelle il serait en train de tenter de breveter le travail de Jarek Duda, chercheur de l’université Jagellon. Au début du mois de septembre, l’office américain des brevets a publié un rejet non définitif de toutes les revendications de la demande de Google. (Source : Stéphane Lecalme / developpez.com

arskan brevet aux USA
ARSKAN est protégé aux Etats-Unis depuis janvier 2019.

La technologie scientifique d’ARSKAN repose sur deux brevets du CNRS.

Marion Cabrol : Pourquoi avoir breveté ?

Jean-Gabriel Grivé (CEO d’ARSKAN) : Notre technologie repose sur deux procédés innovants et révolutionnaires, couverts par deux brevets, qui confèrent son avantage concurrentiel à ARSKAN.

MC : Sur quoi portent ces brevets ?

JGG : Sur une technologie de compression de données 3D massives. Elle permet une diffusion de manière progressive permettant ainsi de visualiser dans un simple navigateur des environnements complexes, tout en limitant les temps de chargement.

MC : Qui a développé cette méthode ?

JGG : Elle a été développée au sein de l’équipe M2DisCo du laboratoire LIRIS et a fait l’objet de deux brevets.

ARSKAN s’associe au LIRIS : https://arskan.com/lyon-article-de-presse-arskan-3d-accessible-aux-entreprises